Découvrez les multiples bienfaits de l’ortie : la plante sacrée d’Europe.

 

L’article

ortie

 

Dans les différentes tribus du monde entier, on trouve des plantes et des animaux considérés comme sacrés. Mais pourquoi cela ? Et est-ce que l’ortie en fait partie ? C’est précisément ce que nous allons explorer dans cet article.

Je suis Florian LOCHET, du site LFNATUROPATHIE.COM, spécialisé dans les troubles digestifs et l’alimentation spécifique. Aujourd’hui, nous allons plonger dans le monde de l’ortie pour déterminer si cette plante peut être considérée comme un aliment sacré.

Qu’est-ce qu’un aliment sacré ?

Dans les diverses tribus du monde, certains aliments sont vénérés en raison de leurs vertus particulières. Mais quelle est la raison de cette sacralisation ? Lorsqu’on interroge ces tribus, on découvre que les raisons varient, mais elles sont souvent liées à la santé et à la fécondité. Ces aliments sont fréquemment associés à des propriétés curatives, au maintien d’une bonne santé, à la vitalité, voire à l’augmentation de la fécondité et de la vigueur. Plus globalement, un aliment sacré est aussi défini par ce qu’il apporte dans la vie quotidienne.

Que peut-on associer à ces vertus dans le monde occidental ?

Ces vertus sont souvent associées à des composés ayant des effets bénéfiques sur la santé, tels que les bioflavonoïdes, les polyphénols, les antioxydants, etc. Elles peuvent également être liées à la richesse nutritionnelle de l’aliment, incluant vitamines, minéraux, oligo-éléments, protéines, glucides et lipides.

L’Ortie : Un Aliment Sacré ?

Maintenant que nous avons établi ce qu’est un aliment sacré, examinons si l’ortie peut entrer dans cette catégorie en analysant son contenu nutritionnel et ses éventuels effets thérapeutiques.

Au niveau thérapeutique :

L’ortie a toujours été utilisée pour ses effets bénéfiques. Ses feuilles sont reconnues pour :

Les feuilles :

  • Soulager les douleurs de l’arthrose et des rhumatismes.
  • Avoir des propriétés diurétiques, utiles notamment pour les calculs rénaux.
  • Agir comme tonique pour l’organisme.
  • Posséder des propriétés anti-inflammatoires.
  • Contribuer à la lutte contre l’ostéoporose.
  • Reminéraliser en cas de fractures.
  • Aider en cas d’anémie.
  • Agir en tant que purificateur sanguin, ce qui la rend utile pour les problèmes de peau tels que l’acné, le psoriasis et l’eczéma.

La racine d’ortie à des effets plutôt sur :

  • L’hypertrophie bénigne de la prostate.

Et enfin, les graines d’orties sont plutôt utilisées pour :

  • Lutter contre l’énurésie (le pipi au lit)
  • Elle pourrait aussi avoir des effets adaptogènes.

Il est important de noter que l’ortie est inscrite à la pharmacopée française en tant que plante médicinale, ce qui lui confère une reconnaissance officielle en tant que remède.

Au niveau nutritionnel

L’ortie est non seulement utilisée à des fins thérapeutiques mais aussi comme aliment, en particulier ses jeunes feuilles que l’on trouve en abondance au printemps. Cependant, la consommation de plantes adultes peut s’avérer plus difficile en raison de leur teneur en fibres plus élevée, d’un goût moins agréable, et de potentiels problèmes rénaux. Par conséquent, il est préférable de privilégier les jeunes feuilles.

Maintenant, nous allons parler de la composition nutritionnelle de l’ortie. Alors il faut savoir que ce sont des moyennes, que la composition de l’ortie est différente d’une plante à une autre, et que sa composition change aussi suivant le moment de l’année. Il semble que l’ortie soit plus riche au printemps qu’en automne (6) y compris en protéines (7). Nous ne parlerons que de la valeur nutritionnelle des feuilles, car ce sont les feuilles qui seront les plus riches nutritionnellement parlant et les plus faciles à consommer.

Il a été difficile de trouver des valeurs nutritionnelles fiables, car chaque étude montre des valeurs plus ou moins différentes, avec parfois des différences conséquente. Les valeurs indiquées ici sont tirées du livre de François COUPLAN « GUIDE NUTRITIONNEL DES PLANTES SAUVAGES ET CULTIVÉES ». J’ai aussi fait la moyenne de toutes les études citées dans cet article, ce qui me paraît plus fiable et sourcé. Mais il faut savoir que la composition changera beaucoup selon l’emplacement de la plante. Par exemple, les orties qui poussent près des voies ferrées seraient beaucoup plus riches en fer que celle qui ne pousse pas juste à côté(3). Le fer serait plus concentré en bas de la plante et moins en haut (3) etc.

Le plus gros problème auquel j’ai dû faire face est la vitamine C, je n’ai pas réussi à trouver beaucoup d’études sur la teneur en vitamine C de la plante, sauf deux études et un article. Cette étude dit qu’il y aurait 1,1 mg de vitamine C (2), ce que je ne crois pas du tout étant donné que c’est un légume à feuille verte et de plus sauvage. Mais il est possible que ce lot eût des taux moins élevés, ou que la méthode de l’étude à fait perdre de la vitamine C par la cuisson à l’eau. J’ai décidé d’écarter cette étude en ce qui concerne la vitamine C dans mes calculs de moyenne de nutriments, car ces chiffres ne sont pas représentatifs des autres études. Deux autres études parlent de 238 mg de vitamine C (1,14) ce qui paraît beaucoup plus réaliste. Un article parle de 269 mg de vitamine C en moyenne (5). Cela m’a permis aussi d’ajouter des éléments qu’il n’y avait pas dans le livre.

La valeur nutritionnelle de l’ortie fraîche :

Macronutriments et calories :

Protéines complètes (g/100g) Glucides (g/100g) Lipides (g/100g) Kcals
Livre 8 9 1 82
Moyenne des études 4,5 6,9 0,8 54

 

 

Minéraux et oligo-éléments

Minéraux Calcium (mg/100g) Phosphore (mg/100g) Sodium (mg/100g) Potassium (mg/100g) Magnésium (mg/100g)
Livre Quantité 630 105 1 410 71
AJR 79% 15% 20% 19%
Moyenne des études Quantité 518,8 67,68 5,58 341,44 144,7
AJR 65% 9,6% 17,1% 38,6%
Oligo-élément Zinc Cuivre Fer (mg/100g) Manganèse Sélenium
livre Quantité 7,8
AJR 56%
Moyenne des études Quantité 1 2,21 8,6 1,52

0,0048

 

AJR 10% 221% 61,4% 76% 8,7%

 

Vitamines

Vitamines Equivalent A (UI/100g) B1 (mg/100g) B2 (mg/100g) B3 (mg/100g) B6 (mg/100g) B9 (mcg/100g) C (mg/100g) K1 (mcg/100g) E mg/100g)
livre Quantité 7000 0,15 0,15 0,6 333
AJR 262,5% 13,6% 10,7% 3,7% 416,2%
Moyenne des études Quantité

4382

 

0,025 0,20 0,56 0,081

14

 

253,5 498,65 14,4
AJR 164,4% 1,8% 14,3% 3,5% 5,8% 7% 316,9% 664,9% 120%

 

Sources des tableaux : Moyenne des études 1, 2, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14. Certaines moyennes ont étaient déterminer par calcul pour convertir le séché en frais et pour pouvoir convertir une concentration d’ortie à 5 ou 25% du produit en concentration pour 100 grammes.

 

Grâce à ces tableaux, il est évident que l’ortie est une source de minéraux, de vitamines, d’oligo-éléments et de protéines non négligeables. En réalité, elle est l’une des plantes les plus riches que l’on trouve dans nos régions. Elle revêt une importance particulière dans une alimentation, notamment si vous ne consommez pas de produits laitiers, grâce à sa richesse en calcium. Pour illustrer cela, seulement 100 grammes d’orties fraîches permettent de couvrir :

  • 4 fois les apports journaliers recommandés en vitamine C,
  • 164 % des besoins en équivalent de vitamine A,
  • 6 fois les besoins en vitamine K1,
  • 120 % des besoins en vitamine E,
  • 2 fois les besoins en cuivre,
  • Plus de la moitié des besoins en calcium,
  • Plus de la moitié des besoins en fer (il s’agit du fer non héminique, mais très absorbable dans l’ortie),
  • 76 % des besoins en manganèse,
  • Enfin, 38 % des besoins en magnésium. Tout cela avec seulement 100 grammes d’orties fraîches (1).

De plus, l’ortie est également une source significative de chlorophylle, contenant 4,8 mg de chlorophylle par gramme de plante sèche (1). Cependant, il est important de noter que cette valeur peut varier en fonction de la plante et de son exposition au soleil. Une ortie qui pousse à l’ombre, par exemple, produira davantage de chlorophylle pour capter plus de lumière (1).

 

Si vous souhaitez intégrer l’ortie dans votre alimentation quotidienne mais que vous n’avez pas accès à de l’ortie fraîche, il existe des alternatives. Vous pouvez vous procurer des feuilles d’orties sèches ou de l’ortie en poudre pour les saupoudrer sur vos plats ou les incorporer dans des recettes, comme des pâtes. Pour déterminer l’équivalent en termes de nutrition, le rapport entre l’ortie sèche et l’ortie fraîche est de 5,5. Par conséquent, si vous souhaitez obtenir l’équivalent de 100 g d’ortie fraîche dans votre plat, il vous suffira de diviser 100 par 5,5, soit environ 18 g de poudre ou d’ortie sèche (1). Il est important de noter que ce calcul peut ne pas fonctionner de manière précise pour la vitamine C, car le processus de séchage a tendance à réduire les taux de vitamine C .

Quand manger de l’ortie ?

La saison idéale pour consommer de l’ortie semble être le printemps. Sa richesse en protéines est à son niveau le plus bas en décembre. Les taux de protéines remontent à partir de décembre jusqu’au printemps (1).

printemps

 

Comment manger l’ortie ?

soupe d'ortie

L’ortie est généralement consommée fraîche sous forme de soupe ou cuite à la vapeur. Elle peut également être transformée en pesto d’ortie. Dans la région de l’Himalaya, elle est parfois associée aux céréales sous forme de bouillie (4). En raison de sa saisonnalité, elle est également conservée par lactofermentation dans certaines régions du monde, mais il s’agit alors de l’espèce Urtica Parviflora (4). En Géorgie, les orties bouillies avec des noix sont un plat courant, tandis que les Roumains préparent une soupe aigre en utilisant du son de blé fermenté, des légumes et de jeunes feuilles d’ortie (4).

Si vous ne pouvez pas accéder à de l’ortie fraîche, il existe d’autres options. Vous pouvez acheter de la poudre d’ortie ou la préparer vous-même, puis la saupoudrer sur vos plats ou l’intégrer dans des recettes, comme des pâtes, du pain, etc. Vous pouvez également en faire une tisane en mélangeant 5 g de feuilles séchées avec 300 ml d’eau. Cela vous fournira environ 60 mg de calcium par tasse, ce qui signifie que 3 tasses par jour vous apporteront 180,5 mg de calcium (5).

Pas que des avantages pour l’ortie

Malgré les nombreux avantages et bienfaits que présente l’ortie, il y a des aspects à prendre en considération. L’une des particularités de l’ortie est sa capacité à absorber une grande quantité de minéraux et d’oligo-éléments, ce qui lui permet de rééquilibrer les sols en général. Cependant, cette qualité peut avoir un revers, notamment lorsque le sol est contaminé par des métaux lourds. Dans de telles conditions, l’ortie absorbera également ces métaux lourds (1). Par conséquent, la consommation d’ortie provenant de sols contaminés peut entraîner une exposition aux métaux lourds, ce qui pourrait avoir des effets néfastes pour la santé.

C’est pourquoi il est crucial de faire preuve de prudence lors de la récolte d’orties. Il est fortement recommandé d’éviter les endroits tels que les bords des routes, les champs de cultures intensives traitées avec des pesticides, les zones à proximité d’entreprises polluantes, etc. Il est préférable de chercher des orties dans des zones éloignées de la pollution, comme en pleine campagne, dans une forêt, ou dans un champ en jachère, par exemple.

Attention à cueillir l’ortie, dans un endroit non contaminée par l’urine d’animaux sauvage, comme le renard par exemple, ce qui risque de vous faire attraper la trichinose et, surtout, l’échinococcose alvéolaire.

Par ailleurs, il est important de noter que, consommée en grande quantité, l’ortie peut provoquer dans de rares cas des allergies et des problèmes gastro-intestinaux. De plus, l’ortie est contre-indiquée chez les personnes diabétiques (1).

Les autres utilisations de l’ortie

La cordonnerie et la papeterie

L’ortie a également une utilisation dans la fabrication de vêtements grâce aux fibres de sa tige, de manière similaire au chanvre. Des produits textiles à base d’orties sont disponibles sur natural-ethic.fr. De plus, l’ortie peut être utilisée pour produire du papier, des cordes, et bien d’autres produits.

 

Le purin d’ortie

L’ortie, sous forme de purin dilué, est également employée comme fertilisant dans les jardins pour favoriser la croissance et la santé des plantes, ainsi que pour traiter les maladies ou les infestations de parasites. L’utilisation du purin d’ortie remonte à de nombreuses années en raison de ses résultats impressionnants. Même si l’on ne comprenait pas initialement pourquoi le purin avait de tels effets, des chercheurs ont mené une étude en 1981 pour confirmer son efficacité. Lors de cette étude, la différence entre les plantes cultivées avec et sans purin d’ortie était visible à l’œil nu. Les analyses ont démontré qu’il y avait effectivement une augmentation significative de la matière fraîche et sèche des plantes, ainsi qu’un développement plus important des racines (1).

Le purin d’ortie est également utilisé en traitement préventif contre les maladies cryptogamiques telles que la cloque du Pêcher, l’oïdium, le mildiou et la rouille du Groseillier (1). Enfin, s’il est utilisé non dilué, le purin d’ortie peut avoir un effet herbicide (1).

seau de purin d'ortie

La recette :

Pour préparer votre purin d’ortie, suivez ces étapes :

Ingrédients :

  • 1 kg d’ortie fraîche entière (idéalement avant la montée en graines, sinon assurez-vous de filtrer avec un linge fin pour éviter les graines dans le produit final).
  • 10 litres d’eau.

Matériel :

  • Un contenant en plastique, en bois ou en inox résistant (évitez le fer).
  • Un endroit en plein soleil (ou non).

Instructions :

  1. Cueillez 1 kg d’orties fraîches entières, de préférence avant la montée en graines.
  2. Prenez un contenant en plastique, en bois ou en inox résistant, en évitant le fer.
  3. Ajoutez 10 litres d’eau dans le contenant.
  4. Broyez grossièrement à la main les 1 kg d’orties, puis plongez-les dans l’eau.
  5. Couvrez le contenant et placez-le au soleil (ou dans un endroit sans soleil direct).
  6. Mélangez la préparation tous les jours jusqu’à ce que les bulles qui remontent à la surface disparaissent. Cela peut prendre entre 5 et 30 jours en fonction de la température ambiante (1).
  7. Une fois que les bulles ont disparu, filtrez la préparation dans des bouteilles en plastique en laissant un minimum d’air possible.
  8. Cette préparation se conserve pendant 1 an sans perdre ses propriétés.

Utilisation en tant que fertilisant dans votre jardin : Pour utiliser le purin d’ortie comme fertilisant, diluez 1 litre de purin dans 10 litres d’eau, soit une dilution de 10 %.

Utilisation en tant qu’herbicide : Pour utiliser le purin d’ortie comme herbicide, appliquez-le pur directement sur les plantes que vous souhaitez détruire.

Concrètement dans la vie de tous les jours ?

Pour utiliser l’ortie de manière pratique au quotidien, voici quelques conseils :

  1. Saisonnalité : L’ortie est idéalement récoltée au printemps et à l’automne, périodes où elle pousse le plus et où ses jeunes pousses sont les plus tendres et faciles à consommer.
  2. Récolte : Lors de la cueillette, privilégiez la partie supérieure de la plante, la plus tendre, voire légèrement plus bas, mais évitez de prélever les parties plus coriaces.
  3. Stockage : Si vous n’avez pas le temps de consommer immédiatement vos orties fraîches, vous pouvez les congeler pour les utiliser ultérieurement.
  4. Forme en poudre : Si vous manquez de temps, l’ortie en poudre peut être une option pratique pour profiter de ses bienfaits, à l’exception peut-être de la vitamine C. Vous pouvez l’ajouter à vos soupes, sauces, préparations de pâtes, et bien d’autres recettes.
  5. Tisane : Une autre façon d’incorporer l’ortie dans votre régime consiste à la consommer sous forme de tisane. Cependant, notez que la tisane aura moins d’apports en minéraux. Dans ce cas, plusieurs tasses par jour peuvent être nécessaires pour obtenir des bénéfices nutritionnels (consultez le paragraphe sur « comment manger l’ortie » pour calculer votre apport).
  6. Mélange des techniques : Pour assurer un apport suffisant en minéraux et vitamines, vous pouvez combiner ces trois techniques, en veillant à faire des pauses de temps en temps pour éviter toute surconsommation.

En suivant ces recommandations, vous pourrez intégrer l’ortie de manière pratique et bénéfique dans votre alimentation quotidienne.

Conclusion pour notre chère ortie

Il est clair que si nous étions des indigènes, l’ortie serait considérée comme une plante sacrée sans aucun doute. Cette plante offre une multitude de bienfaits nutritionnels, dont sa richesse exceptionnelle en calcium, sa teneur en vitamine C surpassant celle d’une orange de six fois, et sa générosité en vitamine E à hauteur de 120 %. Les protéines de l’ortie sont complètes, contenant tous les acides aminés essentiels. Sur le plan médicinal, elle est scientifiquement reconnue pour ses multiples effets thérapeutiques, comme décrit précédemment.

De plus, l’ortie est polyvalente, pouvant être utilisée dans la fabrication de vêtements, de papier, d’engrais, d’herbicides, et bien plus encore. Elle répond ainsi à tous les critères d’une plante que l’on considérerait comme indispensable et, par conséquent, sacrée.

Alors, si vous êtes dans la période appropriée pour la cueillette, n’hésitez pas à partir à la recherche de cette plante merveilleuse, tout en n’oubliant pas de porter des gants pour éviter les piqûres.

Je vous souhaite une agréable journée, en gardant à l’esprit que la perfection n’est pas nécessaire, mais l’amélioration constante est essentielle. Tchao tchao !

 

 

 

 

Référence:

1.L’ortie dioïque (Urtica dioica L.): étude bibliographique – Université de Lorraine (univ-lorraine.fr)

  1. Tableau de cette même étude, mais vérifier les valeurs de vitamine C qui sont très basses. https://www.hindawi.com/journals/ijfs/2013/857120/tab2/

3.https://www.altheaprovence.com/ortie-urtica-dioica-urens/

Étude qui liste tous les effets bénéfiques de l’ortie et la composition: 4.https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6100552/

5.https://sites.google.com/site/tpeortiejl/home/i—presentation-generale-de-l-ortie/ii—biochimie-de-l-ortie

6.https://www.hindawi.com/journals/ijfs/2013/857120/

Analyse du taux de protéines des feuilles d’orties, chaque mois de l’année :

7 :https://www.academia.edu/602459/The_dietary_potential_of_the_common_nettle

8 :https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4708629/

Cette étude ajoute des oligo-éléments et dit qu’il y a 480mg de calcium par 100g :

9 :https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9253158/

Cette étude montre qu’on augmente de 5,8 fois la valeur du calcium dans les pâtes en ajoutant 5 % d’ortie à la farine (ce qui ferait plus de 2911mg par 100g d’ortie sèche), ce qui correspondrait a peu près à 529mg de calcium par 100 g d’ortie fraîche en divisant par 5,5: 10 :https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34833998/

Cette étude montre qu’on augmente le calcium de 60mg à 283mg en ajoutant de la farine d’ortie à un pain, mais a hauteur de 25%, ce qui correspondrait à 892mg de calcium pour 100g de farine d’ortie sèche et à 162mg/100g d’ortie fraîche en divisant par 5,5 :

11 :https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34426787/

 

Etude complète sur l’utilisation de l’ortie et ses vertus pharmacologique et nutritionnelle :

12 : https://pdfslide.net/documents/urtica-therapeutic-and-nutritional-aspects-of-stinging-nettles.html?page=73

13 :https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8146119/#!po=53.8889

Valeur de vitamine C dedans et beaucoup d’infos:

14 :https://www.cairn.info/revue-hegel-2016-3-page-280.htm

Cliquer sur les réseaux pour y faire un tour, et vous abonnez 🙂

florian lochet praticien en naturopathie

A propos de l’auteur:

 

LOCHET Florian, naturopathe, spécialiste des troubles digestifs.